revv-valence

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Archives Tour du Monde Europe France Allemagne et Suisse


France Allemagne et Suisse

Le départ finalement repoussé a donc enfin lieu le vendredi 8 juin. Mon ami Coco de chichilianne, m'accompagne pendant une semaine. Le suivi de la Viarhona est simple, très joli vers Condrieu avec les vignes en terrasse (Alors que nous nous arrêtons avec Coco pour louer le courage des vignerons qui sont obligés de travailler leurs vignes a la main, un helico arrive avec ses barres d'épandage et effectue plusieurs passages...).
Après un arrêt a l'Arbresle pour la nuit chez mes amis Herve et Stephanie et la visite de la superbe expo photo de Herve, départ pour la traversée du Beaujolais et de la Bourgogne... La voie verte qui relie Charnay les Macon a Chalons sur Saone est vraiment très jolie, avec en prime la traversée du tunnel du bois clair (plus long tunnel sur une voie verte, plus d'un kilomètre).
La traversée de la Bourgogne se fera avec quelques visites de caves et du coup de bonnes descentes... surtout lors de l'arrêt a Chagny (mention spéciale pour un Maranges 1999 sorti directement de la cave du père de Coco... Je vous conseille aussi le Saint Veran, très fruité). Première crevaison pour Frida, peut être une manière de désapprouver les excès de son pilote ?
La traversée du Doubs et du Jura est également magnifique, avec une voie verte qui défile dans des gorges impressionnantes. Un arrêt a Baumes les Dames nous permettra de découvrir l'ancienne usine des Pipes Ropp et d'apercevoir des chamois. Bon par contre il faut composer avec la pluie...
Coco m'abandonne ensuite a Mulhouse, et je continue seul vers la Suisse et l'Allemagne pour suivre le Rhin. Là c'est le paradoxe : il y a tellement de pistes cyclables et de panneaux pour vélo que je suis obligé d'acheter un roadbook pour m'y retrouver... L'avantage de suivre le Rhin est de pouvoir choisir sans cesse entre la piste coté allemand ou coté suisse, avec de jolis villages et des ponts en bois pour traverser. Très facile de savoir si l'on est en Allemagne : chaque maison, chaque voiture porte le drapeau Allemand, Euro 2012 oblige... Mais il n'y a pas que le football : Je parviens même a tomber en pleine fête du vélo a Laufenburg.
Mention spéciale pour les chutes du Rhin a Schaffausen, tres impressionnant.
Arrive au lac de Constance, changement de programme : je quitte l'Eurovelo 6, direction l'Autriche pour rendre visite a un couple d'amis dans le Voralberg. (Du coup je pense repartir de chez eux pour rejoindre l'Eurovelo 6 en traversant l'Allemagne de biais, direction Passau  ou Linz. Je vais rater une partie des jolies villes d'Allemagne sur l'EV6, mais ce sera compensé par d'autres jolis villages, ainsi qu'un col a franchir dans le Voralberg a 1800 mètres...).
En chemin, je profite de l'hospitalité des Autrichiens, avec une nuit a la ferme chez "Mef" (diminutif de Manfred) qui possède des vaches et un centre équestre, et qui, avec l'aide de charmantes cavalières, m'offrira le repas et de la bière autrichienne... Il me racontera en anglais comment il en a eu assez de son travail de bureau, et a tout quitté pour se lancer dans l'agriculture, et des difficultés qu'il a du surmonter ("Le metier le plus dur, mais aussi le plus beau" selon sa propre expression).
Pratiquement 1000 kilomètres depuis le départ et tout est vraiment sympa, et je vous remercie encore des messages d'encouragement ou des mails inquiets pour savoir si tout se passe bien.
La suite au prochain numéro, mais je pense que je ferai plus court...
A bientôt
Alain
Note technique pour tous les problemes d'orientation a velo : une discussion avec un couple de cyclistes belges apporte une solution originale. Ils sont en train de tester dans leur region un systeme avec des sortes de noeuds numérotés : chaque croisement porte un numéro, avec sur les panneaux les numéros des croisements suivants dans toutes les directions. Ainsi plus besoin de retenir un itinéraire fastidieux, d'imprimer une carte : il suffit de noter la suite de numeros des croisements que l'on doit suivre pour aller du point A au point B. Bon OK c'est moins romantique que les noms des villages, mais c est sûrement plus pratique... En plus ça rappelle les jeux de "reliage" des enfants pour faire apparaître un dessin...
AlainRhinLe départ finalement repoussé a donc enfin lieu le vendredi 8 juin. Mon ami Coco de chichilianne, m'accompagne pendant une semaine. Le suivi de la Viarhona est simple, très joli vers Condrieu avec les vignes en terrasse (Alors que nous nous arrêtons avec Coco pour louer le courage des vignerons qui sont obligés de travailler leurs vignes à la main, un helico arrive avec ses barres d'épandage et effectue plusieurs passages...).
Après un arrêt a l'Arbresle pour la nuit chez mes amis Herve et Stephanie et la visite de la superbe expo photo de Herve, départ pour la traversée du Beaujolais et de la Bourgogne... La voie verte qui relie Charnay les Macon a Chalons sur Saone est vraiment très jolie, avec en prime la traversée du tunnel du bois clair (plus long tunnel sur une voie verte, plus d'un kilomètre).
La traversée de la Bourgogne se fera avec quelques visites de caves et du coup de bonnes descentes... surtout lors de l'arrêt à Chagny (mention spéciale pour un Maranges 1999 sorti directement de la cave du père de Coco... Je vous conseille aussi le Saint Veran, très fruité). Première crevaison pour Frida, peut être une manière de désapprouver les excès de son pilote ?
La traversée du Doubs et du Jura est également magnifique, avec une voie verte qui défile dans des gorges impressionnantes. Un arrêt à Baumes les Dames nous permettra de découvrir l'ancienne usine des Pipes Ropp et d'apercevoir des chamois. Bon par contre il faut composer avec la pluie...
Coco m'abandonne ensuite a Mulhouse, et je continue seul vers la Suisse et l'Allemagne pour suivre le Rhin. Là c'est le paradoxe : il y a tellement de pistes cyclables et de panneaux pour vélo que je suis obligé d'acheter un roadbook pour m'y retrouver... L'avantage de suivre le Rhin est de pouvoir choisir sans cesse entre la piste coté allemand ou coté suisse, avec de jolis villages et des ponts en bois pour traverser. Très facile de savoir si l'on est en Allemagne : chaque maison, chaque voiture porte le drapeau Allemand, Euro 2012 oblige... Mais il n'y a pas que le football : Je parviens même à tomber en pleine fête du vélo a Laufenburg.
Mention spéciale pour les chutes du Rhin à Schaffausen, très impressionnant.
Arrive au lac de Constance, changement de programme : je quitte l'Eurovelo 6, direction l'Autriche pour rendre visite à un couple d'amis dans le Voralberg. (Du coup je pense repartir de chez eux pour rejoindre l'Eurovelo 6 en traversant l'Allemagne de biais, direction Passau  ou Linz. Je vais rater une partie des jolies villes d'Allemagne sur l'EV6, mais ce sera compensé par d'autres jolis villages, ainsi qu'un col à franchir dans le Voralberg a 1800 mètres...).
En chemin, je profite de l'hospitalité des Autrichiens, avec une nuit à la ferme chez "Mef" (diminutif de Manfred) qui possède des vaches et un centre équestre, et qui, avec l'aide de charmantes cavalières, m'offrira le repas et de la bière autrichienne... Il me racontera en anglais comment il en a eu assez de son travail de bureau, et a tout quitté pour se lancer dans l'agriculture, et des difficultés qu'il a du surmonter ("Le metier le plus dur, mais aussi le plus beau" selon sa propre expression).
Pratiquement 1000 kilomètres depuis le départ et tout est vraiment sympa, et je vous remercie encore des messages d'encouragement ou des mails inquiets pour savoir si tout se passe bien.
La suite au prochain numéro, mais je pense que je ferai plus court...
A bientôt
Alain
Note technique pour tous les problemes d'orientation à vélo : une discussion avec un couple de cyclistes belges apporte une solution originale. Ils sont en train de tester dans leur region un systeme avec des sortes de noeuds numérotés : chaque croisement porte un numéro, avec sur les panneaux les numéros des croisements suivants dans toutes les directions. Ainsi plus besoin de retenir un itinéraire fastidieux, d'imprimer une carte : il suffit de noter la suite de numeros des croisements que l'on doit suivre pour aller du point A au point B. Bon OK c'est moins romantique que les noms des villages, mais c est sûrement plus pratique... En plus ça rappelle les jeux de "reliage" des enfants pour faire apparaître un dessin...