revv-valence

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille


Japon

Envoyer Imprimer PDF

Avec toujours un gros temps de retard, voici enfin mes aventures au Japon.

Les PHOTOS c'est par LAjapon-robot

Je vous avais laissés a Busan, en Corée, ou je prenais le Ferry pour Fukuoka. Quelle ne fut pas ma surprise en croisant sur le bateau non pas un, non pas deux, mais quatre cyclotouristes ! Un couple de Français, Christian et Anne, qui venaient de débuter en Corée un an de voyage a vélo et Julia et Nico, couple hispano-argentin, partis de Chine passant par la Mongolie.

Arrivé a Fukuoka, je dis au revoir a tout ce petit monde, et je pars vers l'est. Le premier soir est royal : je m'arrête dans une boulangerie au nom bien français, l'Auvergne, et je demande ou je peux camper. Ni une ni deux ils m'ouvrent une chambre avec télé, et m'offrent des pâtisseries !!! Je sens que je vais aimer le Japon... `

Je longe la mer, avec parfois une piste cyclable. Au Japon, c'est un peu mieux pour rouler qu'en Coree. Il y a autant de circulation sur les routes, mais parfois au Japon il y a des pistes cyclables. Le problème c'est que la plupart du temps elles sont sur les trottoirs, pas question d'empiéter sur la voie royale des voitures... Du coup il faut composer avec les marches, les piétons, les débris de tout genre...

A Shimonoseki, je prends pour la première fois une piste cyclable... sous la mer ! Sur la route pas mal de personnes m'offrent des fruits, de la confiture. Et mon petit drapeau avec en Japonais "tour du monde" a un franc succès.

Bon comme je ne vais pas frapper a la porte de chaque boulangerie, je plante la tente, souvent dans des parcs ou le long des rivières. C'est très facile au Japon, personne ne vous dit rien si vous plantez la tente dans un parc, et j ai même eu droit a une maman qui me demande de poser avec ses enfants pour la photo.

Sur la route je fais un crochet par le joli parc d'Akinoshidai, ou je serai même filmé par une équipe de la NHK, la télévision japonaise.

Le soir en campant au bord de la rivière près de Yamaguchi, je tombe sur Masashi, Japonais très sympa qui habite Hiroshima et m'invitera chez lui la bas. Je continue ma route sur l'horrible route numéro 2, et j'arrive a Iwakuni.

Faute de trouver un hotel, j'irai dormir dans un parc près du très vieux pont d Iwakuni. Le lendemain je prends la route pour Hiroshima, et la je tombe sur Kahori, lors d un festival de musique. Elle habite Hiroshima et se propose pour servir de guide le lendemain quand j'y serai !. Arrivé a Hiroshima, le monde est petit, je tombe sur Anne et Christian ! Ils me racontent un peu leur histoire, il est Alsacien, elle est Alsaco-allemande, ils vivent près de Strasbourg, travaillent pour l'industrie pharmaceutique, font des marathons, et ont décidé de prendre une année sabbatique pour découvrir le monde a velo. Mais ils doivent être revenus pour le marathon de Berlin ! Leur blog : http://vert-un-autre-monde.over-blog.com/ si vous regardez vers novembre 2013 vous verrez notre trajet commun avec des photos sympa.

Le soir j'irai avec Masashi, Fumiko et Keisuke, voir un spectacle traditionnel de théâtre de rue avec des masques et des sortes d'acteurs transformistes.

Le lendemain, nous visitons le mémorial avec Anne et Christian, ainsi que Colm, un irlando-belge qui fait des spectacles autour du monde. puis nous retrouvons Kahori pour la visite du musée du mémorial.

La visite du Jardin du mémorial d'Hiroshima et du musée fut un moment très fort pour moi au Japon. Le musée est charge d'émotion, vous apprenez beaucoup de chose sur comment lesAmericains ont décidé de viser Hiroshima, et toutes ces histoires des habitants, adultes en enfants, qui sont morts directement lors de l'explosion ou dans les jours qui ont suivi.

L'une des histoires les plus touchantes est celle de Sadako, une petite fille qui avait deux ans en 1945 lors de l explosion de la bombe. 10 ans plus tard, elle développe une leucémie et les médecins lui donnent alors un an a vivre. Or selon une légende japonaise, si vous pliez 1000 oiseaux en origami, vous verrez vos vœux s exaucer. Elle décide de plier 1000 grues afin de demander a vivre. Elle en réalisera plus de 600, mais trop faible, elle ne pourra terminer et mourra de sa leucémie. Ses amis terminèrent les 1000 grues qui seront enterrées avec elle. Depuis, les grues en papier sont un symbole de paix et de mémoire a Hiroshima.. (l'histoire complète ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Sadako_Sasaki).

Enfin bref, j étais pas mal secoué après la visite, ainsi que Christian et Anne. Pour nous aider a nous remettre, Kahori nous fera gouter la spécialité de Hiroshima : l'Okonomiyaki, sorte du choux revenus avec de la farine et des oeufs et des udon, pâtes japonaises épaisses. Le soir nous irons gouter un Hot pot avec Masashi. Il nous fera entrer dans un de ces Pachinko, absolument incontournable dans tous le Japon. Ces sortes de casinos enfumés et bruyants abritent des machines a lancer des billes, inintéressant au possible. La passion des Japonais pour ces endroits restera pour moi un mystère...

Le lendemain du coup nous décidons avec Anne et Christian de prendre la route ensemble. nous irons jusqu'a Takahara, superbe vieille ville déserte en plus !

Et pour le soir, nous découvrirons les point informations, véritables oasis avec WC ouverts toute la nuit, parfois des salles chauffées. il y en a partout au Japon, en général les voyageurs en voiture se garent a proximité. Nous y ferons d ailleurs la connaissance d'un couple franco belge très sympa, Filip et Christine.

Nous prendrons ensuite la direction des îles avec de belles pistes cyclables, des pont et bien sur tampons partout. En chemin parfois nous aurons du mal a trouver un camping, ce qui nous permettra de planter la tente dans le jardin d'une famille de fans de kendo et du manga "one piece". Le matin nous partirons avec des figurines one piece pour décorer les vélos !

A Marugame nous découvrirons une superbe maison musée avec jardin... et des peintures de Corot, Millet et Courbet ! Le soir, nous serons autorisés a bivouaquer dans les jardins de la forteresse de la ville !!! Un bivouac d exception

Et nous avons de la chance : en novembre, c'est le mois de la célébration pour les enfants de 3, 5 et 7 ans : ceux ci viennent dans les temples avec des kimonos traditionnels pour la cérémonie.

Après la traversée des iles et de Shikoku il faut revenir au continent, avec une étape en ferry sur l île de Shodoshima, une sorte de réplique des îles grecques, avec oliviers partout. Nous profiterons d'un superbe onsen, les bains publics Japonais, très sympa. Une bonne occasion d'apercevoir trois hommes tatoués sur tout le corps : les fameux yakuza. C'est en quelque sorte la Mafia japonaise, et ils se font tatouer un dessin en rapport avec leur clan.

Nous aurons la mauvaise idée de grimper au sommet de l île : pente a 18% et température glaciale a la descente ! Du coup au retour, arrêt obligatoire dans un hotel traditionnel, avec ryokan, vue sur la mer, et kimonos traditionnels fournis !

De retour sur le continent, après avoir croisé le pont d'Imeiji, nous serons hébergés dans un temple Shintoïste, avec une chambre rien que pour nous, le droit d assister a la cérémonie le matin et petit déjeuner offert ! Après un passage a Kobe, nous arrivons a Osaka... en même temps que le beaujolais nouveau ! C'est incroyable, il est apporté par avion pour être la jour J, et on le trouve dans toutes magasins !

A Osaka, pour ceux qui ont suivi mes aventures, devinez qui je retrouve ? Mon couple préféré Hiro et Tomo ! Ils m accueillent dans leur petit appartement, et bien sur j'arrive avec du Beaujolais nouveau. La visite d'Osaka nous permettra de découvrir un peu plus la culture japonaise des villes, et d'apercevoir des jeunes ! Car dans les campagnes la moyenne d âge est dramatiquement élevée. (Le vieillissement de la population est un problème au Japon : ils viennent de célébrer le fait que la vente de couches pour incontinents a dépassé la vente de couches pour bébés... ). Nous découvrirons bien sur les magasins de mangas et de costumes sur plusieurs étages... et l'incroyable abondance aussi de magasins de mangas érotiques... Aussi des magasins de jouets incroyables, quasiment uniquement pour adultes, avec des maquettes, des trains électriques, etc. Dans la rue nous découvrirons les magasins de poupée, également, qui sont une tradition. Elles représentent l'empereur et sa cour et son a offrir en mars aux petites filles de la famille.

japon-boudhaLe soir, Hiro nous emmènera dans la rue des restaurants traditionnels ou l'on mange debout au comptoir, et il nous fera découvrir le quartier chaud de la ville, assez surréaliste. C'est une sorte de red district d'Amsterdam sauf qu'il s'agit de vieille maison japonaises traditionnelles, ouvertes, avec des filles déguisées en infirmières, cow girls, héroïnes de mangas... et toutes accompagnées d une matronne pour surveiller....

Nous reprendrons la route direction Nara, avec un arrêt a Horyuji, temple qui abrite le plus vieux bâtiment en bois du monde. Et a Nara, nous visiterons le plus grand bâtiment en bois du monde, un temple impressionnant qui abrite un bouddha géant. Une belle piste cyclable relie les deux et va jusqu'à Kyoto.

La je quitterai mes amis alsaciens qui se dirigent vers le nord, alors que je veux aller voir Koyasan au sud. La route 371 pour y aller est juste superbe, et c'est vraiment l'automne, avec une débauche de couleurs.

Koyasan est vraiment impressionnant avec ses temples et cimetières. tout au long de mon cheminement je croiserai d'ailleurs le chemin des pèlerins qui passe par Koyasan pour rejoindre Kumano. C'est le seul chemin de pèlerins avec St Jacques de Compostelle a être classé patrimoine mondial de l'Unesco. Après Koyasan a 900 m d'altitude je prends la route jusqu'à un col a 1200m et je suis congelé a la descente... Du coup cela méritera un arrêt dans un hôtel avec spa et bains chauds pour recharger les batteries... Le chef cuisinier de l'hôtel est très sympa. Il a vécu en France. Il était juste en face de la prison de la santé le jour ou Mesrine s'est évadé ! La route est toujours une débauche de couleurs et temples superbes. Je rejoins la cote et remonte a Kyoto. La ville est superbe. Je retrouverai la Hiro et Tomo pour une visite de différents temples. Et avec deux japonaises, Iko et Masae, et Matt, un australien, nous aurons droit a une reposante cérémonie du thé dans un temple zen... J'ai beaucoup aimé les maxime en vers du moine du temple :

Ton chemin doit être long
et ton coeur doit être rond
Evite la colère
Laisse les autres etre grands
Et sois petit...

japon-cuisineDe retour a Osaka, Hiro et Tomo m'ont fait découvrir les restaurants a Sushi a 100 yens avec le tapis roulant qui défile dans toute la pièce. Si vous voulez avoir l'ambiance, jetez un œil a cette video ou des petits malins ont remplacé les sushis par un appareil photo... http://youtu.be/lsZtZ0rTHMI

Toujours a Osaka, un tour dans le quartier de Nagasakicho me permet de rencontrer Jun Amanto, un danseur voyageur ecolo très sympa. http://amanto.jp/groups/planet-jun/

Il me branchera avec un couple de Nara, Toki et Jun. Je les retrouverai a Kyoto, ou ils organisent le marche de Noël pour l'Institut français. Je leur donnerai un coup de main pour l'installation, et pendant trois jours j'organiserai un atelier coloriage et décoration de Noël pour les enfants. De retour a Nara, j'aiderai un peu Toki et Jun a retaper une très ancienne maison japonaise. Très belle maison avec les cloisons en papier, les tatamis, et même les tables avec le système de chauffage avec des braises tirées du feu au niveau des pieds ! Ils me présenteront les fermiers bio du coin, des artistes tel que Ginsent, qui réalise des oeuvres d'art en bambou incroyables. www.bambookingdom.net

J'irai même travailler dans un champ de kakis et d'umeboshi, ces excellentes prunes japonaises très acides, délicieuses dans les onigiris (triangles de riz). Toki et jun sont vraiment très gentils, toujours au petit soin pour moi. Toki joue de la flûte japonaise de manière impressionnante. Jun parle français. Et tous deux sont dans un projet incroyable : ils vont partir pour six mois en France, en Normandie, pour faire pousser du riz Japonais ! Je leur préparerai une soirée crepes et galettes.

J'ai également découvert qu'au Japon ils ont des tonnes de coings... mais ne font pas de pâte de coings... J'en préparerai donc plusieurs kilos pour mes hôtes... Ils m'apprendront a faire des Gyosan, sorte de raviolis, ou le nabe, sorte de soupe de légumes pla traditionnel en hiver. Je ferai grace a eux des rencontres improbables tel que Zappa, un vendeur de légumes bio de Kyoto, fan bien sur de Zappa, qui admire Pierre Rahbi, est venu en france pour protester contre la centrale de Fessenheim, et est également fan du groupe Gong !

Et encore plus incroyable, grace a Toki et jun, je ferai une rencontre excellente : Vincent, boulanger français a Tokyo depuis plus de dix ans... qui a atterri ici après un tour du monde a velo de plus de 11 ans ! Il a des histoires incroyables, que je ne devoilerai pas : il faudra attendre son livre, qui comme le bon pain, est en train de lever... Sa boulangerie est incroyable, avec un énorme four a pain traditionnel a bois, certainement le seul du Japon. Après avoir quitte Nara, je retournerai alors a Tokyo pour passer Noël et le jour de l'an chez Vincent. Et le soir de Noël, le père Noël est je crois arrivé en velo et non en traineau....

Etre avec Vincent me permettra de rencontrer une partie de la sympathique communauté française de kyoto :
- Frederic, qui voyage partout en Asie pour faire du contrôle qualité sur des produits, et qui a trouve l,amour au Japon...
- Philippe, propriétaire d un bar très sympa au coeur de kyoto
- Josselin, un chef cuisinier d'origine toulousaine qui a beaucoup de succès au Japon, a la fois avec les amateurs de bonne cuisine et les amatrices de bonne chair...
- Olivier, ancien Jockey reconverti en dentiste pour chevaux au Japon. Il me parlera du monde incroyable des courses au pays du Soleil Levant.
- Vincent, marchand de vin qui me fera gouter notamment d'excellents rieslings et champagnes... Vincent, très occupé par la boulangerie et sa petite famille, a déjà plusieurs projets, notamment la restauration et la valorisation de villages traditionnels dans les montagnes.

Pour le nouvel an, je découvrirai les traditionnelles visite dans les temples pour jeter sa pièce et faire un voeu. Les Japonais achètent tous également des sortent de prédictions sur des bouts de papier. Si elles sont bonnes ils sont aux anges, sinon ils font un noeud et les attachent sur des cordes dans le temple. En tout cas c est un véritable business dans les temples en cette période, avec un monde incroyable qui défile toute la journée. Vous pouvez avoir droit a cette occasion a des verres de sorte de riz fermenté . Il n y a pas que les temples ou il y a la queue le nouvel an. Les Japonais se précipitent sur les Fukubukuros : les magasins préparent des sacs surprise avec des choses a moins 70 ou 80%. Et du coup les Japonais se ruent dessus pour faire des bonnes affaires, sans même avoir une idée de ce qu'ils achètent ou de la taille... juste une sorte de loterie géante...

Ah aussi la tradition pour le nouvel an est d'offrir de l'argent dans une enveloppe...

J'ai donc eu droit sur la route a des Japonais qui me tendaient des enveloppes !! Après cet excellent arrêt a Kyoto, je reprends la route en passant près du lac de Shiba. En chemin je passerai la nuit dans une pâtisserie, excellent. Je m'arrêterai a Nagoya, chez Patrice, cycliste d'origine américaine très sympathique, professeure a l'Université et passionnée de culture japonaise et chinoise. Nous visiterons notamment une superbe exposition sur Hokkusai et ses fameuses vues du mont Fuji. Je repartirai avec en cadeau un Tenogui représentant la fameuse vague (les tenoguis sont ces morceaux de tissu qui servent de bandeau, d'echarpe, d'emballage pour les repas, etc.). J'aurai le droit a une Takoyaki party version végétarienne, sorte de boulettes de beignets fourrés au chou et légumes

J'oublie un épisode : avant mon passage a Kyoto, j'ai fait un excellent arrêt a Kameyama, ou les responsables de l'afterschool près de la gare m'ont royalement invités chez eux pour la soirée et la nuit, le tout sous l'oeil d'un groupe d'élèves Japonaises en admiration pour ce Français venu de nulle part...

En route pour Tokyo, je ferai un arrêt a Hamamatsu, chez Rodriguo et Michelle. Je découvrirai ainsi que la communauté brésilienne est l'une des plus importantes au Japon. A Hamatsu, il y a même des supermarchés brésiliens et autres magasins tout en portugais ! Rodriguo et Michelle sont très sympathiques et adorent voyager. Rodriguo est un pro de Jiu-jitsu brésilien. A mon départ, j'ai eu droit a un superbe T-shirt de football brésilien...

En chemin, je rencontre plusieurs japonais qui tiennent a m'offrir des enveloppes avec de l'argent pour la nouvelle année, apparemment c'est une tradition bien ancrée. J'aurai beaucoup de mal a refuser a chaque fois !

En route pour le mont Fuji, je prends une jolie piste cyclable, la Pacific cycle road. Je passe par Shizuoka et je décide de monter vers le Mont Fuji, que je commence a voir depuis pas mal de kilomètres. Très impressionnant. Mais apparemment la célèbre montagne ne veut pas se montrer. Alors que je passe sur la route au pied du Mont Fuji, je subis un déluge de pluie, avec un ciel complètement noir. Impossible d'apercevoir quoi que ce soit.

Dépité, je continue ma route vers Fujisawa ou je serai chaleureusement accueilli par Hiroki et ses parents. J'ai droit a d'excellents plats japonais et végétariens, ainsi que des cours d'origami par la mère d'Hiroki. Hiro a même enregistré une video de sa maman pour être sur que je n'oublie pas certains pliages : http://www.youtube.com/watch?v=IL7HDD67SPw

Pendant que je suis a Fujisawa j'en profiterai pour visiter la jolie ile d'Enoshima, et les temples de Kanegawa dont un joli temple de bouddhisme zen.

Départ ensuite pour Yokohama, ou je retrouverai Masae, rencontrée a Kyoto. Avec son fiancé ils m'accueillent royalement. C'est ensuite l'entrée dans Tokyo, avec de joli pistes cyclables le long des rivière. En chemin je serai invité a une fête de quartier ou je pourrai taper au marteau le riz pour faire d'excellents gâteaux. J'en profiterai également pour changer d'appareil photo dans un magasin d'occasion, le mien ayant rendu l'âme... (je pense que vous remarquerez la différence sur les photos). A Tokyo je serai accueilli par l'excellent Richard, pilote de ligne americain et cycliste, qui vit au japon avec son fils Alan. A Tokyo je ferai un tour au palais impérial, au Sensoji Temple...

japons-femmesJ'ai de la chance : début janvier il y a la fête des jeunes filles de 20 ans, qui portent ce jour la des Furisode, superbes kimonos aux manches longues. De quoi essayer mon nouvel appareil photo...

J'ai de la chance Bis : je tombe a Tokyo pendant un tournoi de Sumo ! Nous y allons donc avec Richard, et c'est juste incroyable : l'ambiance, le cérémonial... Regarder les sumos est impressionnant et captivant. Je passerai une incroyable après midi.japon-sumos

Je passerai également rendre visite a Wataru Iwata, de l'association CRMS, association de protection de l'environnement créée a la suite de Fukushima, que j'avais rencontré en France a la CRIIRAD.

Je testerai les internet cafés de la capitale, impressionnant : vous avez des douches, des salons privés, des boissons a volonté, des mangas et films en libre accès...

A Tokyo je deciderai de prendre le bus pour Fukushima. Mon but est de rencontrer sur place les fermiers bios, afin de savoir comment ils s'en sortent et éventuellement écrire un article. Je serai guide sur place par Youko Sudo, agricultrice très sympathique, rencontrée grace au réseau international Slow Food. Elle est très intéressante et me permettra de rencontrer plusieurs agriculteurs et restaurateurs bio qui essaient de reconstruire leur activité après la catastrophe. Je rencontrerai ainsi des japonais très impressionnant, avec des histoires touchantes et surtout un courage hors du commun.

Se balader dans Fukushima City, Nihonmatsu ou Koriyama est impressionnant. Vous avez ces énormes compteurs avec affichage en direct de la radioactivité dans tous les parcs et les aires de jeux pour enfants (dans lesquelles il n'y a aucun gamin...) et des panneaux partout avec des chiffres de radioactivité avant et après décontamination. Et trois ans après la catastrophe, vous voyez toujours des équipes en train de décontaminer les maisons, au pinceau sur les toits. Et les maisons individuelles ont vu leurs sols décapés, chacun se retrouvant avec au fond du jardin un joli tas de terre contaminée recouvert dune bâche bleue (car impossible pour le gouvernement de récupérer toute la terre contaminée de toutes les maisons...).

Sur place je ferai une petite visite a l'antenne CRMS locale, ce qui me permettra de tester le compteur corps entier (et de voir que je ne suis pas contaminé ...). Je vous enverrai en lien vers mon article si vous voulez en savoir plus

Bon dans la préfecture de Fukushima je ne me suis pas seulement occupé de radioactivité. J'ai rencontré des hôtes très sympa : Renata, Adam ou Chris. J'ai même été faire du Snowboard histoire de profiter de la montagne toute proche.

Et a Fukushima city j'ai également découvert une spécialité répandue dans tout le Japon : les Cat Cafés. Pas de boissons dans ces lieux, mais une quinzaine de chats que vous pouvez caresser, jouer avec ou prendre sur vos genoux... vous payez au temps passé. Apparemment ces cafés ont un succès fou au Japon !

japon-veloAprès un retour a Tokyo chez Richard, je repars a velo en direction de Koriyama (sur une jolie piste cyclable) pour des retrouvailles inattendues : je retrouve Satoshi, le japonais avec qui j'ai voyage en Malaysie et Thailande. Il a du interrompre son periple a vélo pour soutenir son père, qui doit subir une opération. Cela me fait extrêmement plaisir de le revoir, et il me fera découvrir sa ville et sa maison. Je preparerai pour les parents un gratin de potiron et un crumble aux pommes très appréciés. Lors de mon petit déjeuner j'en profiterai pour manger encore du Nato (haricots de soja fermenté, a l'odeur et au gout très prononcés, un peu comme du bon fromage... j'adore)

Je quitte Satoshi pour aller a Narita, la ville proche de l'aéroport, ou je retrouverai Daniel, avec sa femme Ayako et sa fille Yuki. D'origine canadienne, il vit au Japon depuis de nombreuses années et il est vraiment très drôle. Ce sont de vrais baroudeurs, qui me raconteront leurs histoires de voyages improbables avec leur fille encore toute petite, avec une poussette customisée pour porter les bagages ! Je leur donnerai un coup de main pour la construction en cours du bain japonais dans le jardin.

Daniel me sera d'une aide précieuse, d'abord pour trouver une boite pour le velo, puis lorsque a l'aéroport la compagnie aérienne ne voudra pas me laisser partir car je n'ai pas de billet retour depuis les États-Unis. Résultat : obligé de décaler le départ et de prendre un billet d'avion sur internet annulable sans frais dans les 24 heures...

Malgré ces péripéties, Je réussirai a monter dans un avion pour ma prochaine étape : Les États-Unis. Je vous raconte cela très vite.

Je terminerai juste ce mail par un message plus personnel et triste. Une pensée pour mes amis Mag, Arnaud et Perrine, de Valence, qui ont perdu la vie lors d'un terrible accident d'escalade en Jordanie. Une pensée pour eux qui suivaient mes aventures avec enthousiasme, et que je ne pensais pas ne plus revoir en les quittant il y a deux ans. Je pense a vous.

Alain

Mise à jour le Mercredi, 16 Avril 2014 07:06