Corée

Mardi, 21 Janvier 2014 11:54 Alain
Imprimer
Bonjour a touscoree1
Avec beaucoup de retard, voici mes aventures en Corée
pour les plus pressés, les photos c'est par

Bon d'abord quelques petites infos générales...

Les habitudes alimentaires.
Dans tous les pays que je traverse, spécialement en Asie, il est toujours intéressant de découvrir les us et coutumes de la table. Heureusement, la plupart des gens sont indulgents. Déjà lorsque j'étais en Chine, j'ai appris un peu tard que lorsque vous trinquez avec quelqu'un, si celui-ci est plus âgé, vous devez choquer votre verre plus bas que le sien. Également en Chine, pas question de vous resservir a boire sans servir au moins une autre personne avec qui trinquer (et du coup il faut faire souvent cul-sec...)
coree3Bon du coup en Corée, c'est encore plus compliqué. La règle d'or pour boire c'est de ne jamais servir dans son propre verre. Vous devez toujours attendre que quelqu'un vous serve. Du coup si vous avez soif, vous proposez a boire a votre voisin et s'il n est pas bête il vous rendra la pareille. Et attention, lorsque l'on vous sert, il faut tendre le verre, et le tenir avec deux mains si votre interlocuteur est plus âgé, et une seule main s'il est plus jeune. Si vous n'avez pas la place vous pouvez mettre une seule main sur le verre a condition de tenir votre bras avec l'autre... Ensuite lorsque vous buvez théoriquement il faut se tourner sur le coté et cacher sa bouche avec sa main, mais cette habitude est devenue rare...
Autre règle importante, ne jamais rien laisser dans l'assiette, surtout le riz. Si vous abandonnez les trois derniers grain de riz dans votre bol, c'est très mal vu... D'ailleurs souvent, notamment lorsque vous prenez un hot pot, on vous mettra de l'eau chaude dans le plat une fois terminé : vous buvez la soupe et rendez le plat aussi propre que s'il avait été lavé. Apparemment c'est une tradition bouddhiste, pour ne pas gâcher une miette de nourriture.

Les aliments
Je pense que les coréens ont identifié tous les végétaux qui pouvaient être comestibles dans la nature, que ce soit en les cultivant ou en les ramassant dans les montagnes. Du coup vous avez une variété de légumes incroyable : feuilles de lotus, pâte de glands (oui, a partir des chênes !), racines de toutes sortes... De plus, en Corée, vous pouvez manger toutes les feuilles possibles. Par exemple ils consomment les jeunes feuilles de potiron et autres cucurbitacees, cuites comme des épinards, ou encore les feuilles de sésame (goût anisé très prononcé, excellent). Autre particularité, que ce soient les aubergines, les potirons, les concombres, ils ne sont jamais épluchés.
Et bien sur a partir de chaque végétal comestible, vous aurez du kimtchi !!! Le kimtchi c'est le plat incontournable, sur toutes les tables a tous les repas. Il s'agit de légumes fermentés, souvent mélangés avec une sorte de pâte pimentée. Le kimtchi de base c'est le chou fermenté, mais il y a parait-il 400 sortes de kimtchis.

Les pistes cyclables
Pour ce qui est de faire du vélo en Corée, il y a deux visages totalement opposés. Lorsque vous allez le long des routes ou dans les villes, il est quasiment impossible de circuler a vélo. Les routes sont étroites, les bas-cotés inexistants et le trafic est tres important. Car la Corée est un pays montagneux et du coup la circulation dans les vallées est tres intense.
Donc rouler a vélo n'est pas une sinécure... Jusqu'a ce que vous découvriez les pistes cyclables du Four Rivers Project. Et la c'est incroyable : les plus belles pistes cyclables que j'ai jamais vu, un revêtement lisse, des panneaux indicateurs partout, des aires de repos avec toilettes chauffés et musique classique, des campings gratuits avec douches chaudes et wifi, des livres guides gratuits et des cartes en anglais... Bon il y a un revers de la médaille Le projet four rivers est un projet pharaonique qui du coup a été très critiqué : le prix était exorbitant, les agriculteurs des bords de rivières ont été expropriés pour mettre ces aménagements...Et les écologistes que j ai rencontrés sont très remontés : pour le même prix il aurait mieux valu faire des aménagements cyclables dans les villes pour les cyclistes quotidiens plutôt que pour les touristes....
coree2Mais bon toujours est il que traverser la Corée a vélo est un jeu d'enfant. J'ai pris la piste cyclable qui traverse du nord ouest au sud est, de Incheon a Busan en passant par Seoul, ce fut l'un des parcours a vélo les plus agréables et faciles pour moi, et le parcours est plutôt joli. Je vous le conseille si vous voulez vous faire un voyage a vélo facile en Asie en famille par exemple. D'autant plus que, outre les campings gratuits, vous pouvez dormir dans tous les bains publics (voir plus bas).

La folie des tampons
Une chose que j'ai découverte en suivant la piste cyclable, c'est la folie des tampons. Il y a des petites cabines téléphoniques tous les 20 km sur le parcours, avec un tampon illustrant la région, pour montrer que vous êtes passé par la. Et si vous collectez tous les tampons sur la route, vous recevez des stickers, voire une médaille. Et cela marche : j'ai rencontré des cyclistes dont la principale motivation était d'obtenir tous les tampons. Et je vous avoue que j'ai tamponné aussi, et j'ai eu 4 stickers a l'arrivée...Tout ça ce ne serait pas grave si la folie des tampons s'arrêtait la. Mais vous avez aussi des tampons sur les pistes de randonnée pédestre, sur les circuits de visite des temples, les offices de tourisme... et tous les coréens qui font des activités récoltent précieusement leurs petits tampons. J'ai découvert par la suite que cette folie tamponneuse était multipliée par 3 au japon, ou vous avez les tampons des ponts, de toutes les attractions touristiques, des aires de repos sur les routes, etc...). Bon en même temps si cela motive les gens pou faire des activités physiques ou visiter, pourquoi pas... et je critique mais mon carnet de route est bien sur rempli de tampons de toutes les couleurs... (Au Japon c était devenu le jeu avec mes compagnons de route Anne et Christian, le premier qui trouvait un tampon dans un lieu touristique hurlait "tampon" et les autres se précipitaient avec leur carnet... Ou alors le premier tamponnait discrètement puis avouait aux autres un quart d'heure plus tard : "Ah mince j'ai oublié de vous dire qu'il  avait un superbe tampon dans le temple...")
Les bains publics
En Corée, les bains publics sont une institution il y en a partout dans les villes, et dans la campagne ou les montagnes, ou ce sont souvent directement des captages de sources chaudes. C'est très agréable : vous avez plein de petites douches a un mètre du sol avec des petits sièges, et on se lave assis. Puis vous avez différents bassins d'eau très chaude, un bassin d'eau froide, des bains a bulles et plusieurs saunas... Hommes et femmes sont séparés et vous êtes bien sur tout nu. Et l'avantage indéniable de ces bains est que vous pouvez dormir sur place pour le même prix ! Souvent l'étage au dessus des bains est une sorte de dortoir, avec des matelas et des alcôves, des télés, souvent un petit restaurant. Après le bain vous enfilez le pyjama orange ou rose fourni, et vous montez retrouver tous les coréennes et coréennes en pyjama pour passer la soirée et la nuit. Après une journée de vélo, les bains plus la nuit pour environ 5 euros, c'est juste royal... Ajoutez a cela les pistes cyclables et les campings gratuits et vous comprenez pourquoi voyager a vélo en Corée était si facile pour moi...

L'armée
Lorsque vous traversez la Corée, ce qui impressionne c'est le nombre de militaires. Des que vous vous approchez de la zone démilitarisée le long de la Corée du nord, c'est carrément la folie : des postes de garde partout, des doubles ou triples rangées de barbelés. Mais dans toute la Corée, vous croisez quasiment tous les jours des tanks en train de manoeuvrer, des avions de chasse en exercice au dessus de votre tète, des nuées d'hélicoptères en pleine migration... Et dans Séoul, vous croisez énormément de militaires américains, car la ville abrite une énorme base US. Ils sont d ailleurs très sympathiques, j ai discuté avec plusieurs. Et quand je faisais du wwoofing, une délégation de militaires est venue aider a la ferme, c'était très marrant, j'avais l'impression d'être dans un film, sauf que l'ennemi c'étaient les mauvaises herbes... Operation Weeding Storm...
Wwoofing et volontariat
Comme vous le savez, j'ai donc fait du wwoofing dans une ferme proche de Séoul. Wwoof cela veut dire world wide opportunities on organic farming. Bref vous êtes volontaire pour aider sur une exploitation bio, et en échange vous avez les repas et l'hébergement. Cela marche par pays, donc il faut vous inscrire dans chaque pays en ligne et payer un abonnement (30 euros) pour un an qui vous donne accès aux coordonnées des fermes du pays en question. C'est génial car vous partagez la vie et les habitudes des fermiers qui vous font découvrir aussi la region, et vous rencontrez d'autres wwoofers de tous les pays qui viennent aider ou juste visiter la ferme. Indirectement par le réseau wwoof, j'ai également été volontaire dans un restaurant vegan Loving Hut a Busan (voir plus bas). En discutant avec Aurore, wwoofeuse française passionnée de cheval et de k-pop, j'ai découvert d'autres moyens d'être volontaire international : les sites HelpX et workaway. Ceux ci ont l'avantage de ne pas être par pays mais mondiaux. Bon par contre il s'agit de volontariat dans tous les domaines, pas uniquement les fermes bio, donc il y a a boire et a manger...
Slow food et Asio gusto
J'ai vraiment eu de la chance quand je suis tombé sur la ferme dans laquelle j'ai fait du wwoofing : Byong Soo, le propriétaire, est aussi l'un des organisateurs du mouvement Slow Food en Corée. Si vous ne connaissez pas, ce mouvement né en Italie défend l'alimentation de qualité, les produits locaux et généralement bio, les savoir faire locaux en matière d'agriculture et d'alimentation... Ils organisent un Salon en Italie et un autre en France sur l'alimentation. Et ils ont lancé une Arche du goût, qui répertorie partout dans le monde les aliments et recettes locales, pour éviter de perdre tous ces savoir-faires. Slow food organisait pour la première fois en Asie un salon : Asio Gusto, qui a réuni a Séoul des représentants de toute l'Asie et l'Oceanie. Cela tombait bien que j'arrive a ce moment la : Byong Soo était tellement occupé par la préparation du salon qu'il avait bien besoin d'aide sur la ferme. Et j ai pu aider de temps en temps a la préparation, notamment pour faire le lien avec Floriane, intervenante tres sympathique de Nouvelle Caledonie. Et il y avait dans le cadre du salon un concours international de cuisine. Je me suis donc inscrit et comme vous le savez avec Dan, un autre Wwoofer, nous avons gagné le second prix avec notre tarte au citron meringuée !

Les coopératives et associations féminines
En travaillant a la ferme, j'ai découvert les coopératives... tenues par des associations de femmes. Apparemment en Corée il est très fréquent que les femmes d'un quartier ou d'une ville se regroupent en associations qui vont permettre d'organiser différentes activités de loisirs, des gardes des enfants, ou des coopératives ou regroupements de consommateurs pour acheter des produits bio ou autres. Ces associations sont très influentes. J'ai rencontré ainsi une délégation de femmes de Séoul de la coopérative Happycoop : leur association a plus de 5000 membres, et elles ne représentent qu'un petit quartier de la ville. Du coup a l'approche des élections les politiques sont aux petits soins pour ces associations féminines... J'avais accompagné Byong Soo lors d'une présentation de la ferme auprès de leur association et elles ont adoré voir un petit français, du coup lorsqu elles ont visité la ferme, j'ai fait un repas bien français pour les accueillir, et la, elles m'ont encore plus adoré. Du coup elles sont venues spécialement nous soutenir avec Dan au concours de cuisine, avec un panneau "Fighting", qui est le leitmotiv coréen dans chaque compétition.
Les études
La plupart des expatriés que j'ai rencontrés lors de mon séjour en Corée étaient des prof d'Anglais. Ils m'ont un peu expliqué le système éducatif coréen. C'est tout simplement affreux pour les pauvres étudiants. En fait la pression pour réussir les études est tellement forte que tous les enfants coréens enchaînent chaque jour 8 heures d'école puis les cours du soir de 19h a 23h ! Du coup la plupart sont tellement fatigués qu'ils dorment en classe et sont tous super stressés par les examens... James, prof d'anglais américain, m'a invité dans sa classe pour faire une présentation. C'était une école huppée de Gangnam (le fameux quartier de la chanson), et j ai pu constater le manque d'attention des enfants...
Heureusement il y a des initiatives comme celle de Sunny a busan, qui essaie de faire des cours du soir intelligents en anglais avec une thématique nature et environnement, en essayant de faire sortir les enfants ou d'avoir des intervenants intéressants et un week-end sur deux ils ont droit a la Nature school a la campagne. J'ai fait une intervention dans son cours du soir avec leçon de cuisine en prime !

Les randonneurs

La randonnée, c'est le loisirs favoris en Corée, notamment chez tous les retraités. Des que le week end arrive, les trains et métros sont envahis de randonneurs en tenue de combat, tous avec des vêtements techniques, des bâtons et des chaussures adaptées. Il faut dire qu'ils ont de quoi s'équiper, il y a dans toutes les villes et près des départs de randonnée a peu près un magasin tous les 10 mètres...Du coup si vous voulez une randonnée tranquille en pleine nature, évitez le week end et les sentiers balisés...

Technophiles
Quand vous êtes en ville ou même dans la campagne, vous remarquez bien sur que tout le monde, y compris les plus agés, est équipé d'un superbe smartphone... Mais ce n est pas tant en roulant a vélo que cela m a marqué. C'est en prenant le métro plusieurs fois pour aller a Seoul depuis la ferme ou je faisais du Wwoofing. En entrant dans le wagon, je faisais comme d'habitude, je sortais mon livre pour lire... et je jetais un oeil autour de moi : sur la centaine de personnes dans le wagon, j'étais le SEUL a lire un livre. Absolument tous les autres avaient un smartphone en main en train de chatter, regarder la télé ou écouter de la musique. Je ne sais pas si je suis un vieux rétrograde mais ça fait réfléchir... Bon en même temps j'ai trouvé pas mal de librairies dans Séoul donc j'imagine que les coréens doivent lire des livres... mais pas dans le métro... ou ils les gardent pour lire lorsqu'ils n ont plus de batterie...
Culture coréenne
Bon je dois avouer que visiter la Coree m'intéressait pour plusieurs raisons. En fait je suis fan de plusieurs films de Kim Ki Duk : Locataires (3-iron) et Printemps été automne hiver. Si vous ne les avez pas vus... J'adore également la bd "Histoires couleur terre" de Kim Dong Wa. Très belle et poétique. J'avais donc un a priori positif... Et j'ai retrouvé un peu de cette Corée poétique en traversant la campagne.
Mais dans les villes, ce sont les buildings, les enseignes, la technologie... Et la K-Pop, la pop musique coréenne. Quand j'étais la bas il  avait un groupe de filles que l'on entendait partout et tout le temps, Crayon pop : http://www.youtube.com/watch?v=yMqL1iWfku4. ca ferait un bon clip pour promouvoir le port du casque...
Bon après ces généralités revenons sur mon parcours et mes rencontres en Corée...

J'ai donc débarqué du Ferry a Incheon pour prendre la route de Seoul. J'ai suivi la piste cyclable tout le long jusqu'à Seoul, dans la ville la piste le long du fleuve est impressionnante. La j'ai retrouvé Sunwoong Kim, contacté par warmshower, un des responsables de la fédération coréenne de Base-ball ! J'ai pu découvrir la ville, immense avec de nombreux gratte ciels et me promener le long du quartier de Gangnam... Puis j'ai repris la route, ou plus exactement la piste cyclable... C'est la que j'ai finalement du changer mes pneus schwalbe, après plus de 25000 km de bons et loyaux services. D'ailleurs Schwalbe a une usine en Corée. Donc je les ai ramenés chez eux en quelque sorte...
Sur la route j ai découvert le riz eneveloppé dans des feuilles de lotus, j'aime beaucoup. J'ai également fait un arrêt dans une église dont le bâtiment attenant est un café avec une collection de vinyles impressionnante. J'ai tout de même réussi a écouter du ABBA ou du Enrico Macias...
Et en Corée encore une fois, les hasards permettent de changer complètement mon parcours. Le long de la piste cyclable j'aperçois un musée du Bio. Je décide de le visiter, et le directeur, qui parler très bien anglais, m'accompagne. Du coup je lui demande s'il connaît une ferme ou je pourrais être volontaire, et la il appelle aussitôt son ami le président de WWOOF Korea qui m envoie vers une ferme a quelques kilomètres...

Woofing en Coree...
J ai donc atterri a Hansol Farm, pas très loin de Seoul, chez Byong Soo Kim et sa femme Unha. Et je suis vraiment bien tombé. ByongSoo parle un anglais parfait, et ils étaient au petit soin avec sa fem moi : ils m 'emmené dans a peu près tous les restaurants du coin pour decouvrir la cuisine coréenne version végétarienne, ils m'ont fait partager les cérémonies familiales comme Chusok, ils m'ont emmené dans les bains publics, etc... Et la ferme est un haut lieu d'échange pour Wwoof Korea, qui organise la-bas des événements pour initier les étrangers et coreens au wwoofing. J'ai ainsi eu un farm camp et plusieurs farms group avec 15 a 30 personnes qui viennent a la ferme pour participer, échanger et s'amuser ! Le genre de journées qui se terminent dans la rivière puis autour d'un feu de camp avec de la musique...

Rencontres

Quand je dis que je suis bien tombé, c'est aussi a cause de la personnalité de Byong Soo : c 'est un sacré personnage en Corée dans le milieu du bio. Il a créé sa ferme  il y a plus de 30 ans, alors qu'il avait une formation d'ingénieur technique. Au départ, il essayait de convaincre les fermiers du coin de se convertir au bio, mais il se faisait rembarrer : comment quelqu'un qui n est pas fermier peut venir leur donner des leçons... Du coup il a décidé de créer sa propre ferme.
Puis il a organisé les fermiers bio en association, afin d'essayer de promouvoir et défendre leurs intérêts. Il a aussi été le fer de lance du mouvement Slow Food en Corée...
Mais cela ne s’arrête pas la : il a également fait un tour du monde en sac a dos pendant  2 ans et demi et son but était de faire le tour des communautés du monde, pour échanger et apprendre. Il s’est ainsi retrouvé dans des tribus au fin fond de la jungle amazonienne ou chez les Quakers en Angleterre... Il est revenu en Coree après plus de 45 communautés visitées et a publié un livre sur son experience ! Nous avons ainsi pas mal discuté de ses voyages, de ses motivations et de ses rencontres... Très intéressant.

A la ferme ou je suis arrivé début août, j'ai donc participé aux taches quotidiennes, notamment la collecte des oeufs deux fois par jour, le nettoyage, la nourriture des poules, et la préparation des serres pour les fraises, avec arrachage des mauvaises herbes, épandage du compost, j’en passe et des meilleures... très intéressant et instructif, et parfois bien physique...

Grâce au réseau wwoofing j'ai du coup rencontré pas mal de monde, et notamment parmi les wwoofers :
- James, un américain prof d'anglais a Gangnam et apprenti fermier. Il est venu régulièrement a la ferme pour se former, car il compte retourner aux Etats Unis pour se lancer dans l'élevage pastoral. Il ne jure que par Joel Salatin, qui apparemment est une figure dans le monde de l'agriculture alternative aux USA.

- Dan, américain d'origine coréenne qui a travaillé plus  d'un an a la ferme. A la base il est chef cuisinier et c'est avec lui que j'ai fait équipe au concours de cuisine.
-Jun, l'un des organisateurs de wwoof korea. Il travaillait a New York dans le monde de la finance (Avec selon son propre aveu des costumes Armani a 3000 dollars...) jusqu'à ce qu il lise un livre sur le bouddhisme... il abandonne alors son ancienne vie, devient Vegan et décide de travailler pour une cause qui en vaut la peine, comme le Wwoofing et la défense du bio. Mais il a gardé le goût des beaux habits avec ses superbes vêtements coréens.
-Kota, Japonais qui a travaillé et fait du wwoofing dans plein d'endroits au japon et qui est venu en Corée pur travailler finalement a Wwoof Korea. Il a été une mine d'informations pour la suite de mon voyage au japon et c'est sa copine qui m'a dessiné mon superbe drapeau...
-Mee-young, américaine d'origine coréenne passionnée par le bio, qui après avoir travaillé dans plusieurs exploitations aux Etats-Unis compte lancer sa ferme en Corée. Elle m'a donné plein d'infos et de contacts.

Je ne peux pas citer tout le monde, ajoutons en vrac Matthew, volontaire de Taiwan très drôle, JongKiun, néerlandais d'origine Coréenne avec qui nous avons travaillé vraiment dur, Noa, employée d'un fabricant de peluches Coréen, qui parle un français parfait, et a un patron plein d'humour.
Et bien sur tout le groupe de représentantes de la coopérative de consommateurs HappyCoop, groupe de femmes venues visiter la ferme qui leur fournit les oeufs et qui ont adoré le petit français !

Concours de cuisine !

coree4J'ai donc participé au concours international de cuisine organisé dans le cadre du salon Asio Gusto avec Dan. C'était vraiment impressionnant, 30 équipes, avec les habits et les équipements de pros, j'étais stressé comme le jour du Bac ! Pourtant nous nous étions entraînés avec Dan, nous avons fait pas moins de 5 tartes au citron en un mois... Et nous avions le soutien des femmes de la Coopérative Happy Coop et leur pancarte avec le leitmotiv Coréen "Fighting !" Au final nous avons réalisé une de nos meilleures tartes, ajoutez a cela une présentation bien romantique, des produits bio et des oeufs recoltés le matin même... et vous obtenez une seconde place et un prix de 400 000 wons, l'équivalent de 300 euros. Et plus tard nous avons appris qu'avec une voix de plus d'un juge, nous terminions premiers... 
Bon en tout cas nous avons bien célébré avec le soir même un concert de rock Coréen excellent lors d'un festival de musique.
Et du coup nous avons cuisiné d'autres tartes sur le stand de wwoof korea... et nous avons pu apprécier le fait que les Coréens adorent la pâtisserie...

Fort de cette expérience sur le salon, nous avons même envisagé d'ouvrir un magasin de tartes bio avec Dan... Mais bon je termine mon tour du monde d'abord... et je vais peut être recroiser Dan en Floride donc on pourra en reparler !

Après ce long et excellent arrêt a la ferme, il fallait bien que je reprenne la route... direction Busan, a l'extrême sud est du pays. J ai donc suivi la piste cyclable et tamponné mes petites feuilles, mangé avec des coréens rencontrés sur la route ou sur les campings, croisé des américains et un suédois a vélos vu pas mal de serpents, campé devant une superbe école confucianiste avec le plus beau Ginkgo que j aie vu, évité plein de sauterelles a cornes et de mantes religieuses sur la route.

Arrêt a Busan....

Mais je n'en avais pas encore fini avec la Corée et mes rencontres n étaient pas encore terminées. A Busan, j ai d abord rencontré Sunny. Le contact m'avait été donné par Mike Roy, le cycliste américain que j'avais rencontré au milieu de la Chine 4 mois auparavant ! Et c'était un excellent contact. Sunny après avoir vécu aux Etats-Unis, est revenue a Busan ou elle a créé ses cours de soutien après la classe. Mais c’est surtout une farouche écologiste très impliquée dans la protection de la nature. Du coup elle a voulu faire une afterschool intelligente ou l'on parle anglais et ou elle essaie d'inviter des gens intéressants et de proposer des activités différentes. Et deux fois par mois, elle propose une nature school ou elle emmène les élèves dans la nature. J ai donc été invité a parler de mon voyage a vélo... et a cuisiner une mousse au chocolat vegan (hyper facile, a la place des blancs d'oeufs vous battez du tofu soyeux, merci Marie-Camille pour la recette). Très sympa et ça fait du bien de rencontrer des gens qui non seulement ont des idéaux mais font tout pour les réaliser. Si jamais vous passez a Busan vous devez faire une intervention dans son école !
Et j ai rencontré également a Busan la charmante Anna. La c'était jun, de Wwoof Korea, qui m'avait donné le contact. Elle lui avait fait une demande car elle voulait un intervenant qui puisse parler du wwoofing. Et la aussi, incroyable, je rencontre une autre coréenne avec des idéaux et très impliquée et active. Son histoire est très particulière.
Elle a été pendant plusieurs années directrice des ressources humaines, notamment pour des groupes internationaux de vêtements de sports. Elle travaillait pour eux sur toute la partie Asie, avec embauches et licenciements au siège, plus visite des usines pour vérifier les conditions de travail... Enfin bref elle aurait pu continuer comme cela très longtemps, jusqu a ce que son père soit diagnostiqué d un cancer de l'estomac. Il est traité et placé dans un établissement spécialisé pour récupérer. Elle décide de prendre un mois de disponibilité pour le soutenir. La elle rencontre une fille de son âge, traitée pour le même cancer que son père. Elles deviennent amies, discutent de la vie, de leur parcours et de leurs espoirs... jusqu au matin ou elle apprend qu elle ne reverra plus sa nouvelle amie. Son père survivra lui quelques mois, notamment après un changement de regime alimentaire... Ces évènements bouleversants la font réfléchir sur comment donner un sens a sa vie et aider les autres. Elle démissionne, devient végétarienne, part faire du Wwoofing en Coree et au Canada avec sa fille, elle apprend le yoga et devient même professeur. Elle s'implique dans la coopérative bio de sa ville et fait du volontariat dans un orphelinat où elle va soutenir un groupe de jeunes adolescentes.
Du coup elle a adoré mes histoires et mon parcours, et grâce a elle j'ai donc fait une présentation devant les mères et les enfants de la coopérative bio, ainsi qu'une présentation a l'orphelinat. Et c'est elle qui m'a trouvé un hébergement a Busan excellent, une sorte de Wwoofing dans un restaurant Vegan.
Ce restaurant Vegan est tenu par un couple adorable, Jaeseok et Yeonhwa, parmi les personnes les plus gentilles que j ai rencontrées. ils m'ont accueilli, ont concocté de superbes repas vegan, aidé a réparer mon vélo... Du coup je leur ai fait quelques petits plats version vegan qui leur ont bien plu : mousse au chocolat bien sur, ratatouille, gratin de légumes (béchamel au lait de soja et fromage a base de purée de noix de cajou), crêpes (amidon de mais a la place des oeufs et lait de soja, mais la banane écrasée a la place des oeufs c'est encore mieux)... Le restaurant s'appelle Loving Hut, et j'ai appris que c'est une chaîne a travers le monde de restaurants Vegan, initiés par une sorte de maître spirituel, SupremeMaster ChiangMai, dont le principal message est la défense des animaux. Bien sur, si vous passez a Busan, vous devez absolument passer les voir !
Pendant que j'étais a Busan, j'ai également sauté dans un bus pour aller voir Gyongju, l'ancienne capitale, très sympa, surtout les parcs remplis d'écureuils
Après plus d une semaine a Busan, il fallait que je me décide a quitter la Coree : mon visa de trois mois arrivait a sa fin... du coup j'ai sauté dans un Ferry direction le Japon ou je suis en ce moment...
Je vous raconte çatrès vite...
Alain
Mise à jour le Mardi, 21 Janvier 2014 12:17