revv-valence

  • Augmenter la taille
  • Taille par défaut
  • Diminuer la taille
Accueil Archives Tour du Monde Asie Malaisie Thailande


Malaisie Thailande

Envoyer Imprimer PDF

Je vous avais laissé en Inde, voici la suite de mes aventures en Malaisie et Thaïlande.

pour les plus pressés les PHOTOS c'est par !
batu-cave
Le 6 février je suis donc arrivé à Kuala Lumpur, ou j’ai été accueilli par le réseau des cyclistes malais. En fait la Malaisie est un pays avec une énorme mixité. A peine un peu plus de la moitié de la population est réellement native de Malaisie, le reste est constitué en majorité d immigrés chinois, suivis d’indiens, certains là depuis des générations, mais toujours avec une forte identité communautaire. Je suis donc tombé sur un groupe de chinois 1ere et 2e génération vivants en Malaisie, tous fans de vélos, surtout de vélos pliants. J’ai donc été hébergé chez Rita, j’ai pu faire le tour de Kuala Lumpur a Vélo avec Fong, je suis parti a la découverte de la ville nouvelle de Putrajaya avec un groupe de 10 cyclistes a vélos pliants, j’ai traversé a moitié de la Malaisie avec un autre groupe... Du coup la traversée de la Malaisie est vraiment un patchwork : un cote oriental avec la population musulmane et les mosquées, un cote indien avec les marchands et les restaurants, un cote chinois avec d autres restaurants et boutiques... J’ai eu droit aux festivités du nouvel an chinois tout au long du parcours... (Gong Chi Fat Chai ! partout, feux d’artifices et mandarines), Frida a eu droit à un cadeau pour la nouvelle année : une nouvelle chaîne et une nouvelle cassette. J’ai trouvé KL très impressionnant (personne en Malaisie ne dit Kuala Lumpur, tout le monde dit "KL" a l’américaine : prononcez Kay ayl) avec ses tours (dont les fameuses Petronas), mais j’ai découvert que ce n’était rien lorsque j’ai visite a vélo la nouvelle capitale administrative : Putrajaya. Cette ville a été construite entièrement en moins de 10 ans à partir de rien, et c’est un véritable terrain de jeu pour les architectes : mosquées, immeubles de bureau, centre des congrès, jardin botanique... sont incroyables. Idéal en tout cas pour une promenade a vélo le dimanche, sur de grandes avenues désertées par les voitures. C’était d’ailleurs assez drôle, après cette ville futuriste, j’ai enchaîné avec la visite de l’expo Star trek de passage dans la capitale de la Malaisie ! En tant que fan de la série (et actuellement en "route vers l inconnu") je ne pouvais pas rater ça... Bon toujours est-il qu’après les villes nouvelles, j’ai changé d’environnement en allant visiter la région de Cameron Highlands avec deux malaisiennes tres sympas, Rita et Joey (princesse Katak pour les intimes)! Ce sont les plateaux les plus élevés de Malaisie, réputés pour les plantations de thé et les fraises...
Puis changement d’équipe, je rejoins un autre groupe de cyclistes de KL (toujours à vélo pliants...) qui se dirige vers le nord et la ville de Taiping en passant par Ipoh. Et ça tombe plutôt bien : en chemin ils ont trouvé un Japonais a vélo, Satoshi, qui vient d’Australie et va en Europe en passant par la Chine ! En gros on a le même itinéraire pour les 4 000 prochains kilomètres ! Nous avons donc décidé de faire un bout de chemin ensemble. Lui sa motivation c’est la photo. Son blog : http://trvlg.tumblr.com/ (il est très précis, il met une photo par jour et raconte la journée en quelques phrases donc allez jeter un oeil si vous voulez suivre notre périple au jour le jour de son point de vue...)
La traversée de la Malaisie avec groupe de 10 Malais/chinois (et un japonais), c’est très sympa : Accueil dans les familles et repas gargantuesques, détours dans les lieux à ne pas manquer et les restos sur le chemin...
Bon par contre les pauses pour manger du Durian dans les échoppes le long de la route j’ai moyennement apprécié. Vous connaissez sûrement ce fruit a l’odeur très désagréable et au gout assez... particulier... il est surnommé par les chinois le roi des fruits... Toujours est-il que lorsqu’ils me l'ont fait goûter je n'ai rien trouvé de mieux que de tout recracher, avec la diplomatie et l’élégance qui me caractérisent... Enfin ça ne serait pas trop grave si, plus tard, lors d’une interview par la radio nationale de Malaisie, mes petits camarades ne s’étaient pas empressés de raconter l’épisode du Français cracheur de Durian...
En tout cas j’ai particulièrement apprécié l’arrêt chez les parents de Jackson dont la mère est végétarienne, et membre de l’une des plus importantes associations humanitaires bouddhistes dans le monde, Tzu-Chi (je ne connaissais pas...).
Ils m’ont aussi expliqué quelques gestuelles très utiles en Asie qui devraient me servir en Chine. D’abord un truc tout simple, pour dire merci lorsque l’on vous apporte quelque chose à table, vous tapez sur la table avec l’index et le majeur repliés. Apparemment cela vient de l’époque ou l’empereur chinois se mêlait incognito a la population, avec ses gardes. Du coup lorsqu’ il servait le thé a ses subordonnés, ceux-ci ne pouvant pas s’agenouiller pour le remercier, mimaient l’acte avec deux doigts...
Autre gestuelle utile : comment compter jusqu’à 10 ou indiquer les chiffres avec les doigts d’une seule main : en fait pour compter de un à quatre, vous n’utilisez pas le pouce, vous commencez par l’index pour un, ajoutez le majeur pour deux, l’annulaire pour trois, l’auriculaire pour 4. Pour 5 tous les doigts de la main, pour 6 juste le pouce et le petit doigt levés, pour 7 juste le pouce et l’index, pour huit ajoutez le majeur, pour neuf ajoutez l’annulaire, pour 10 le point ferme... Tres important pour éviter les confusions : par exemple si vous indiquez trois a la francaise, avec le pouce l index et le majeur levés, en Asie on comprendra huit...
Bon après de bons moments avec tout le groupe j’ai donc continué la route uniquement avec Satoshi. Direction l’ile de Penang et la ville de Georgetown. La bas nous avons rencontré des amis de nos amis cyclistes de KL : Harry et Ricky (qui possède la petite sœur de Frida !).
Toujours à Penang, nous sommes tombés sur une petite famille incroyable de voyageurs à vélo suisses (les voyageurs, pas les vélos) ; Laure et Fréderic avec les petits Léon et Eugénie. Partis de Chine, ils rallient en un an l’Australie, avec un tandem couché pour Léon et sa maman et un vélo avec une remorque pour Eugénie et son papa. Une famille super sympa avec laquelle nous avons assisté aux défilés du nouvel an chinois a Georgetown. Leur blog : www.velhorizons.ch
Avec Satoshi nous avons ensuite fait un petit tour de l’ile et visite le très impressionnant temple de Kek lok Si, avant de rejoindre le continent. Durant toute notre remontée de la Malaisie et la Thaïlande, nous avons eu droit à des orages assez impressionnants, et chose incroyable, nous sommes toujours passés entre les gouttes.
En chemin nous avons rencontré un couple de cyclistes japonais en tandem très sympas : Hiro et Tomo. Nous les recroiserons d’ailleurs a Trang puis a Bangkok, et je leur rendrai une petite visite à Osaka au Japon !
Nous avons également réussi à croiser un groupe de cyclistes... de Pune en Inde. Et bien sûr ils connaissaient tout le petit monde que j’avais croisé la bas !
Dans la série le monde est petit, a Bangkok j’ai également croise Kevin, cycliste canadien rencontre en Inde, a Auroville !
Autre rencontre sympa : Chi Chat, un cycliste thaïlandais qui fait des tours en Asie avec un vélo bricolé, et qui joue de la flûte sur les marchés pour financer son voyage.
Sur la remontée de la Malaisie, nous avons assisté a un évènement cycliste majeur : le Tour de Langkawi. C’est l’équivalent du tour de France Local. C’était très drôle de voir les fans sur le bord de la route qui, en attendant les vrais coureurs, se mettaient à encourager deux cyclotouristes de passage. On a même eu le droit à une photo sur le site officiel du tour : http://www.ltdl.com.my/2013_photogallery/stage01/index.asp
Un petit arrêt au poste de police de Gua Kellam (pour demander ou l’on pouvait planter la tente) nous a permis d’être initiés au sport national dans cette partie de l’Asie : le Sepak Takraw. C’est un mélange de volley-ball, de badminton et de football. En fait vous jouez au volley avec les pieds et une petite balle en plastique, C’est assez incroyable tout le monde joue a ça en Malaisie et en Thaïlande. On a même refait une partie dans une mosquée en Thaïlande...
La traversée de la frontière avec la Thaïlande s’est faite dans de superbes paysages (et une bonne grosse montée...)
Sinon les paysages de Thaïlande et de Malaisie sont très verts, mais avec d importantes monocultures: vous croisez sur des kilomètres des Palm tree (les palmiers pour la fameuse huile de palme...), puis sur des kilomètres des Hévéas (rubber tree ou arbres a latex) avec leur saignée et le petit pot pour recueillir le précieux caoutchouc... puis en remontant dans en Thaïlande ce sont les cocotiers et les plantations d’ananas... (un détour vers Khao Tong Chai nous permettra d’ailleurs de découvrir la récolte des noix de coco... a l’aide de singes au bout d'une corde, dressés pour aller chercher et faire tomber les noix...) et aussi le riz bien sur . En tout cas les fruits sont vraiment excellents et vraiment bon marchés, particulièrement les bananes, les ananas et les mangues. Et si je n’ai pas aimé le durian, j’ai apprécié le Mangoustan ou le Long Kong (Duku en français ?) et les jamrosat...
Et pour rester dans les aliments, cote desserts, si vous vous baladez en Malaisie, je vous conseille le Tofu Fa, entre la crème dessert et la gelée de tofu au sirop de canne ou le Kaya : sorte de confiture de noix de coco et oeuf. En Thaïlande le pandan custard : sorte de crème d’une herbe verte, le pandan et de noix de coco. Plus classique, la mangue avec riz gluant est excellente. Enfin nous aimons beaucoup avec Satoshi les Ice cream sandwich : dans les petits villages, les vendeurs de glaces ne font pas de cornets, ils vous servent les boulent entre deux tranches de pain de mie, avec un peu de riz gluant au fond !
junglePoint de vue animaux nous avons croisé des Komodos dragons assez impressionnant, des geckos énormes (qui ne bougent pas mais font beaucoup de bruit) des scorpions aussi très impressionnant et un très grand nombre d’oiseaux superbes : Aigles, toucans, martin-pécheurs... et plein d’autres dont je n’ai absolument aucune idée du nom...
Une autre particularité en Thaïlande, les oiseaux en cage. Pratiquement toutes les maisons ont des cages avec de petits oiseaux noirs à houppette qui chantent. Nous avons appris que les thaïlandais les élèvent pour ensuite les faire concourir a des sortes ventes aux enchères. Sur des portant ils accrochent des dizaines de cages à oiseaux et ceux qui chantent le mieux sont vendus a prix d’or...
En Thaïlande, les plages le long des côtes ou sur les îles sont vraiment très belles, normal que les touristes viennent en masse... c’est aussi l’un des endroits les plus réputés pour l’escalade et notamment la grimpe sans assurance au-dessus de l’eau... (Bon je n’ai pas eu l’occasion d’y aller). Sur de nombreuses plages vous avez des panneaux sur les risques de tsunami et des mémorials sur celui de décembre 2004.
Bon une petite digression mode et cinéma : Apparemment l acteur français Alain Delon est très populaire en Asie et a donc plusieurs marques d objets a son nom. Je me suis donc fait plaisir en dénichant... de superbes caleçons Alain Delon, avec le nom en très gros sur l élastique... Et je pense que ça impressionne lorsque je roule avec un caleçon en train de sécher sur le vélo...
Pour dormir en Malaisie et surtout en Thaïlande, nous avons exploré différents lieux avec Satoshi :
Les mosquées (toujours super bien accueilli, je recommande...)
Les temples bouddhistes (les moines sont toujours très généreux)
Les postes de police (dont certains ont des bars ou l’on peut boire des bières...)
Les parcs naturels (il y a généralement des emplacements de camping gratuits au milieu des parcs naturels avec tout le confort !),
Les églises
Les écoles...
Ces arrêts sont vraiment sympathiques, toujours très faciles et permettent de rencontrer les gens locaux, qui viennent discuter avec nous (Satoshi a ainsi failli se retrouver marié a une fille d’un village...) ou également les thaïlandais de passage, qui dorment la. C’est ainsi que dans un temple, nous avons passé la soirée avec des thaïlandais qui préparaient pour le repas des lézards grillés... Autant dire que je n’ai pas regretté d’être végétarien, mais Satoshi a goûté la spécialité... nous avons assisté le lendemain a la préparation d’un plat à base de guêpes, de fourmis et de vers blancs chez Pornthep, un cycliste thaïlandais rencontre au hasard sur la route, chez qui nous avons réparé et nettoyé les vélos.
Arrives a Krabi, ville très touristique, nous sommes encore une fois retrouvés en hébergement très local : tous les hôtels étant complet, nous tentons notre chance près d’une mosquée, ou nous rencontrons "La", qui sort de la prière et nous propose de venir dormir chez lui. Le lendemain, il nous conseille un raccourci pour rejoindre Phuket, en passant en bateau par l’ile de Koh Yao. Nous suivons ses conseils. Et sur l’ile, très touristique avec uniquement des hôtels et bungalows, nous avons encore une fois eu le droit au coup de pouce des locaux : une petite famille de pécheurs nous a amenés, après un kilomètre de piste, sur une plage de sable avec cocotier, totalement déserte... excellent...
Arrives à Phuket, nous avons encore réussi notre série "comment traverser les lieux les plus touristiques de la Thaïlande sans croiser un touriste et dans des endroits superbes." Cette fois nous avons utilisé le réseau warmshower, et nous sommes tombés sur un couple de thaïlandais vraiment exceptionnels : Tho et Aey. Ils sont dans la pointe sud de Phuket, lui travaille dans la photo et la vidéo, et elle est spécialiste de biologie marine, impliquée dans la préservation des espèces et de la barrière de corail (endommagée par le tsunami). Elle travaille notamment pour l’union internationale pour la conservation de la nature (http://www.iucn.org/). Nous passerons d’ailleurs plusieurs jours chez eux pour parler environnement, faire du snorkling depuis la petite plage quasiment privée à laquelle ils ont accès, visiter le centre de recherche marine (avec de superbes élevages d'hippocampes) et l’hôpital pour tortues de mer... Bon en faisant le tour de Phuket nous avons tout de même entr'aperçu les plages très touristiques, avec hôtels à perte de vue et pas un seul thaïlandais sous un parasol...
alain-et-les-fillesSur la route après Prachap Khiri Khan, nous avons également fait un arrêt incroyable. En fait depuis notre arrivée en Thaïlande, nous n'arrêtons pas de voir des affiches de festivals pour les temples locaux. Apparemment pour récolter de l’argent, les temples bouddhistes organisent des festivals de musique sur plusieurs jours avec différents chanteurs. Mais à chaque fois déception, nous passons devant le temple et le festival est déjà passé ou pas encore commencé... Puis un jour la chance semble nous sourire : un temple avec une scène et des gens attablés devant. Aussitôt nous y allons et nous sommes très bien accueillis et invités aussitôt. En fait il s’avère qu’il s agit d’une fête privée pour célébrer l’entrée dans les ordres de deux jeunes moines. Et ce sont les familles des deux jeunes, plus de cent personnes, qui sont là. Le résultat est vraiment sympa : Nous passerons la soirée à écouter les chanteurs, dont aussi les membres de la famille qui montent sur scène pour des karaokés de classiques de la chanson Thaï... et à regarder la chorégraphie du groupe de danseuses qui les accompagne, assez surprenante dans un temple et pour célébrer l entrée en vie monastique : plus la soirée avance et plus les danseuses sont court vêtues et plus les danses sont suggestives... En tout cas un repas gargantuesque nous est offert, ainsi que le whisky thaïlandais... Enfin bref le lendemain matin, nous assisterons au départ des deux moines trônant a l’arrière d’un pick-up pendant qu’un groupe de musique joue sur la première camionnette.
Après ce périple, nous arrivons donc à Bangkok, avec un trafic très denses... (Mais je crois qu’après l’Inde, je suis vacciné...).encens
Heureusement, nous nous retrouvons dans un véritable îlot préservé au coeur de la ville : Accueillis par Supaporn, directrice d’une école primaire hyper dynamique, qui nous laisse le premier étage d’une vieille maison en bois, a 50 mètres de l’école... nous avons accès à la salle internet et à la piscine sur le toit de l’école, avec vue sur tout Bangkok ! Tous les matins nous avons des échanges en anglais avec les enfants, pour leur a apprendre à se présenter, et de temps en temps nous organisons des activités avec eux. Par exemple j’ai donné un cours de cuisine en anglais pour faire une mousse au chocolat, le tout a 60 enfants et professeur très assidus... Et j’ai remis ça pour préparer des biscuits pendant que Satoshi a donné des cours d’origami... (bon ce n'était pas toujours facile, surtout quand vous dites aux enfants d ajouter un oeuf a la preparation, et que ceux ci prennent l oeuf entier, avec la coquille, pour le jeter dans la farine...). J ai mis des photos en ligne mais si vous voulez en voir plus sur l atelier mousse au chocolat vous pouvez aller sur la galerie du site de l école, surtout page 2 :
http://www.supawan.com/activity_detail.php?page=2&news_id=277. On voit bien le French Chef a l Oeuvre...
Cerise sur le gateau, l’un des parents d eleve est le propriétaire d’une salle de Thaï Boxing (Muay Thaï) et nous avons donc eu droit à une initiation asses sympathique (je vous laisse aller voir les photos...). Chez supaporn nous avons également croisé d autres cyclotouristes bien sympas ; un Australien, Daemon, parti faire le tour de l Asie, et Remi et Jenny, deux Français de Grenoble qui apres l Amérique du sud et la Nouvelle Caledonie roulent en Asie. Leur blog : onfaitdouavelo.blogspot.fr . Nous avons pris pas mal de bon temps en nous baladant dans Bangkok a pied, en bateau, en bus ou a velo...
Apres Bangkok, direction le Cambodge et le Laos, ou je laisserai Satoshi pour me diriger seul vers la Chine (J ai reussi a obtenir le visa a Bangkok et ce n etait pas une mince affaire... !)
A bientôt pour de nouvelles aventures.
Alain
Mise à jour le Lundi, 01 Avril 2013 21:47